jeudi 19 février 2015

HoldFast: Russia sur la table


C'est bien d'en parler, c'est mieux d'y jouer! Après un tout début de partie en solo pour voir un peu comment tourne la bête et quelques tours lors de la convection Strat'Arrée, j'ai pu pousser un peu plus loin l'expérience. On aurait bien aimé finir la partie, bien dedans qu'on était, mais malheureusement l'heure nous a rappelé à l'ordre.

Gros avantage de ce jeu: après 10 minutes d'explication de règles, nous avons pu commencer notre partie sans se poser de questions. Il est vrai que les règles sont simples. Mais comme on aime bien le dire souvent: un jeu simple mais pas simpliste! 

La situation en début de partie
Après seulement quelques tours les deux joueurs comprennent que ça va être vite très tendu et que chaque point de ressource devra être utilisé avec justesse. Les points de ressources qui sont le cœur de la mécanique. Ils servent:
1- A ramener des unités détruites en jeu, à force minimum
2- A renforcer des unités réduites en leur rajoutant des "steps" perdus (un seulement par tour pour une unité en zone de contrôle ennemie)
3- A déplacer ses unités
4- A lancer des attaques

Situation en septembre 1941. Les Allemands progressent, doucement, mais quasiment sans bobo
Comme on peut le voir sur les photos, pas de souci avec l'empilement puisque pas plus d'un bloc ne peut être présent à la fin d'un mouvement par hexagone. Le contrôle des villes est primordial pour progresser puisque cela permet le ravitaillement des unités. A ce propos une unité non ravitaillée au début du tour d'un joueur qui le reste à la fin de ce même tour est éliminée. Gare aux encerclements!

Ça pousse, ça pousse! Les russes tiennent bon au sud, au nord c'est tout autre chose!
Heureusement pour le Russe on rentre à ce moment-là dans une période bénie: la boue et la neige! La météo est ici simplement rendue mais d'une façon tout à fait satisfaisante: les joueurs perdent des points de ressource et leurs unités se voient réduites en capacité de mouvement selon le temps. Même si nous ne sommes pas arrivés là, une petite remarque tout de même: avec la possibilité de 9 mois de beau temps en 1942, je crois que les auteurs ont dû passer à côté de quelque chose!

Notre fin de partie: belle avancée au nord avec la prise de Leningrad qui prive les Russes de 2 points de ressource par tour!

Parlons des objectifs de la partie: les Allemands gagnent immédiatement s'ils contrôlent Leningrad, Moscou ET Stalingrad. Joli programme! Les Russes gagnent immédiatement s'ils contrôlent Varsovie ET Bucarest. Là c'est carrément mission impossible! Plus probablement la victoire se jouera en fin de partie, remportée par le camp contrôlant deux des trois villes russes sus-citées.
 
Une autre vue, juste pour le plaisir!
Rapidement, concernant les combats: chaque unité lance un nombre de dés selon sa nationalité et son type (infanterie ou blindé) et doit faire des 5-6 pour toucher l'infanterie et des 6 pour les blindés. Pas de recul, pas de retraite, pas d'avancé après combat... simple on vous dit!

Le gros bémol du jeu réside dans sa jouabilité et en fait dans le très pauvre travail d'édition de Worthington Games qui semble aimer sortir des jeux (souvent très chers) avec un matériel moyen, mais pire que tout, sans aucune recherche d'ergonomie ou de plaisir de jeu. Sachant que chaque unité peut avancer et attaquer une fois par tour dans n'importe quel ordre, il faut impérativement trouver un truc pour se souvenir de qui a fait quoi (nous avons incliné les blocs dans un sens ou dans l'autre selon l'action déjà faite et coucher les blocs une fois les deux réalisées). Des marqueurs d'activation ça vous dit quelque chose messieurs de WG? Et ne cherchez pas les marqueurs de contrôle!
Pire, il faut utiliser le dos de la boite pour compter ses points de ressource restants... un peu la honte, moi je vous le dit! Du coup, comme vous les voyez sur les photos, j'ai fait mes propres pistes de décompte. Pratique et pas sorcier... si j'y arrive, un éditeur doit savoir le faire!

Bref, un jeu que j'ai trouvé absolument agréable, sans rien révolutionner bien entendu, si ce n'est que le côté épuré du jeu fonctionne vraiment très bien et que j'imagine ça pas forcément si facile à créer!

Plus qu'une envie: finir une partie pour pouvoir en recommencer une autre.

Arnaud

3 commentaires:

Enix49 a dit…

Intéressant... et comparé à No Retreat The Russian front ? qji remporte le match ?

Arnaud Moyon a dit…

Alors là très simplement: les deux!
Bien qu'ils se ressemblent beaucoup, même campagne, même niveau, presque même rendu, ils sont vraiment différents.
Bien que No Retreat soit souvent cité aux joueurs voulant débuter le wargame (ce que je trouve une erreur hallucinante) le jeu est vraiment très très pointu et exigeant. Et certaines personnes qui en ont traduit les règles pourraient témoigner :P
Holdfast EST en fait ce wargame pour débuter et en plus il permettra au grognard qui lui fera découvrir de passer un bon moment. HF:R est léger mais passionnant.
Parès c'est dice fest, ça peut très mal se passer.
En gros donc malgré les apparences les deux jeux ne font pas du tout doublon dans une ludo (AMHA).

Berdzi a dit…

Merci ATomm pour cette revue très bien faite et instructive.

Il reste donc à voir si Asynchron fera ce fameux travail éditorial dont tu parles.

Leur as-tu envoyé un message ?