vendredi 10 juin 2011

Spartacus Imperator: la première partie!


Nous y voilà donc: première partie de Spartacus Imperator hier soir avec le gars Ludo qui m'a fait l'immense plaisir de me rendre visite afin de prendre le contrôle des armées romaines.

Le lieu des combats, avant les effusions de sang:

Tout est prêt pour une bonne partie: on remarque Spartacus et ses gladiateurs sur le Mont Vésuve qui attendent de prendre Glaber par surprise, ce qui sera fait sans problème, envoyant le Romain encore tout retourné se planquer dans le Latium et finalement à Rome, pendant que Spartacus recrute à tour de bras.

 
Eté -73: Face à l'arrivé de Cossinius et Varinus, Spartacus divise ses forces et les réparti entre Crixus et Oenomanus, se qui permet aux foules d'esclaves de multiplier les actions pour cette saison.

Varinus, frais et fougueux, vient s'en prendre à Crixus: le combat sera sans grandes conséquences, les ennemis se jaugent...

Automne -73: les esclaves se massent dans les régions méridionales, attendant fermement les assauts romains.

Tout au long de l'Automne, les armées constituées à la hâte par Rome viennent tenter l'impossible, les combats font rage...

... amenant même à l'anéantissement total de l'armée de Cossinius par les esclaves menés au combat par Oenomanus! La colère de Rome va être terrible!

Pour cela les premières légions sont enfin envoyées contre les armées d'esclaves, Rome ayant enfin pris la mesure de la menace! Un peu tard tout de même car, soutenu par ses généraux, Spartacus a pu se faufiler jusqu'en Ligurie en ce début de l'année -72, prêt à investir Massilia! Rien n'est encore fait car avec ses deux armées, le Romain peut encore faire la différence.

Et là c'est le drame! Profitant d'une armée mal commandée sur le champ de bataille, l'attaque frontale des esclaves viendra écraser l'attaque générale romaine! Ce début d'année -72 verra donc la destruction de l'armée de Publicola, qui tombera lui aussi au combat (on remarquera l'incroyable génie tactique (enfin les 2 jets de dés limite honteux) des unités en première ligne qui infligeront à elles seules 4 pas de pertes!)

Allé op toi le Romain, va enterrer tes morts, et va jouer avec tes croix ailleurs :)

Bon, finalement Rome se vengera et Lentullus viendra justement mettre en croix le vainqueur de Publicola, triste fin, mais quel héros!

Soulagé par ses vaillants généraux qui ont su ralentir et malmener les troupes romaines, Spartacus recrute tant qu'il le peut afin de soutenir un assaut final inévitable.

Ce que ne manquera pas de faire le Romain...

Le combat est clairement déséquilibré et la légion romaine se fait écraser par le nombre des esclaves, galvanisés par une heureuse issue toute proche.

Ce qui, dès la fin du printemps -72, permet à Spartacus de prendre Massilia et ainsi remplir les conditions de victoire (8 unités prêtes au combat avec Spartacus dans Massilia à la fin d'une saison de -72)

Gloire aux esclaves, gloire à Spartacus!!

Voilà pour ce petit compte-rendu. Alors que penser de cette première partie?
Tout d'abord: l'explication des règles aura pris 30 minutes, Ludovic n'ayant pas ouvert le livret de règles. C'est rapide et c'est bien.
Les premiers tours de jeu sont il est vrai très scriptés, tout est fait pour coller aux évènements historiques, le pauvre Glaber n'a aucune chance et les esclaves doivent en profiter. Le jeu s'ouvre dès l'été -73 et l'arrivée des premiers renforts et va en s'intensifiant tout au long des tours. 

Vu de loin, le jeu peut paraitre à priori trop simple mais ne nous y trompons pas: les choix stratégiques sont tous importants (pour les deux camps), jouer ou non des stratagèmes et au bon moment est capital et (peut-être la meilleure surprise) les combats tactiques sont réellement excitants. Il y a de vrais choix tactique à faire pour ses batailles, du choix de la tactikos à l'attribution des pertes, en passant par les relances de dés. On a vraiment adoré l'implication laissée aux joueurs au niveau tactique, sans jamais s'en ennuyer.

Les options de victoire pour Spartacus sont nombreuses: ravage de l'Italie, prise de Massilia, évasion grâce à la flotte de pirates, garder Spartacus en vie. Nombreuses mais toutes difficiles à atteindre, obligeant le joueur esclave à choisir une option et si besoin en changer, l'obligeant à reconsidérer complètement sa stratégie sur le sol italien. Le jeu est donc très riche, et ce premier scénario rejouable à l'envie!

Conclusion: on a aimé les choix stratégiques multiples et l'excitation et la tension des batailles au niveau tactique. Pas si facile à prendre en main, l'erreur du Romain de ne pas verrouiller le Nord de l'Italie lui a été fatale, preuve que le jeu se joue sur le fil du rasoir, tout en tension.

Grosse satisfaction pour moi que ce Spartacus Imperator: facile à prendre en main, très complet, tendu et fun. Je lui souhaite sincèrement le succès qu'il mérite!

Une grosse envie maintenant: refaire ce scénario et attaquer les autres, en espérant confirmer tout le bien que je pense de ce jeu.

Arnaud




5 commentaires:

Berdzi a dit…

Sympa ce CR.

Ludo le gars, le fameux, fut ton adversaire. Quelle a été son impression à lui du jeu ? en tant que joueur de plateau, il aura peut-être un ressenti différent du tien...

aTomm a dit…

Arf il y a confusion sur la personne :)
Là c'est un gars Ludo (standard quoi :P )... je ne connais pas ce Ludo le gars qui est si fameux... désolé hein :)

Saint-Thomas a dit…

Ludo, le fameux ?

Ah oui, il y a vraiment erreur sur la personne ... ;o)

Merci Messieurs pour ce CR !

charles antoine a dit…

Pour mettre tout le monde d'accord je me contenterai de signer

Ludo le fameux gars ...

Steward a dit…

Le "vrai" Ludo le Gars :
http://lgimet.over-blog.com/