jeudi 10 février 2011

Labyrinth, The War on Terror : alors ?!?



Fort de l’immense succès de son précédent jeu de plateau historique "Card Driven" Twilight Struggle, GMT revient donc à la charge sur le même créneau avec Labyrinth : The War On Terror, 2001 - ?. Je faisais parti de ceux qui trouvaient le thème (le terrorisme) un peu racoleur et surtout pas "sexy" pour un sous. Néanmoins, lorsque mon très cher ami Olivier m’a proposé une partie d’initiation je n’ai pu refuser. Surtout que le bougre était passablement excité depuis sa lecture du playbook !
Après un set-up finalement très simple et rapide (en tout cas sur le premier scenario : let’s roll !) nous pouvions commencer à décortiquer les mécanismes du jeu. Et là tout devient bien moins simple ! Nous avons trouvé les règles particulièrement mal organisées : tout un tas de concepts et de mécanismes nous est envoyé au visage pour ne savoir qu’en faire que bien plus tard dans le livret de règles. En témoigne le nombre de boîtes, de pistes et de données qui inonde le plateau. Passons.
Nous arriverons tant bien que mal à "enchainer" deux tours, voyant le Liban devenir un fort épicentre terroriste mais muselé par l’Américain qui ne pourra du coup pas empêcher la loi islamique de s’installer en Libye.

Déjà minuit il faut arrêter-là notre partie, à la fin du deuxième tour. Alors quid de Labyrinth ? Et bien c’est une belle grosse mécanique. Je devrais même dire que c’est un beau foutoir à mécaniques. Pour moi c’est trop. Trop de micro-mécanismes composent le système, ne me permettant pas d’apprécier un effet que j’appellerais macro-ludique. On fait un petit truc là, une petite action ici, mais je trouve que cela manque sérieusement d’envergure (ludique j’entends).
Nous sommes typiquement en face d’un jeu qui plaira aux aficionados de grosses mécaniques, très intelligentes, très froides et précises. Pour ma part j’aime, quand je joue, ressentir ce qui est pour moi totalement absent dans ce jeu : le frisson. Alors oui on peut voir les évènements s’enchainer comme au journal télévisé mais en terme ludique, pas le moindre frisson. Ce jeu est une pure mécanique. Certains y trouveront leur compte, ça c’est sûr, mais comme on a le droit de nager à contre courant, je le dis : No more !
Le point « positif » qui pourra peut-être en rassurer certains : on n’a pas le sentiment en jouant à Labyrinth, de jouer le gentil Américain contre les méchants Jihadistes. Cela me rassure. Mais n’est-ce pas parce que le jeu est, encore une fois, trop froid ? Beaucoup ne seront, je pense, pas de mon avis. Et tant mieux. Car avouons-le, GMT réussit avec brio à sortir du carcan "wargame" pour offrir des jeux d’une grande qualité, s’adressant à un nouveau public… pour peu que celui-ci passe le cap de règles franchement absconses !
Arnaud

14 commentaires:

Berdzi a dit…

Merci pour ton analyse. Je te trouve toujours pertinent et tes avis me sont utiles.

Fencig a dit…

Merci de cette présentation.

BananeDC a dit…

Les imbrications de mécaniques, le foisonnement, c'est la mode, aussi bien dans les jeux à l'allemmande qu'à l'américane, que dans le wargame on dirait...Vive le système "coeur simple/boite à outils". On a un coeur de jeu simple, et *si on veut on rajoute des extensions jusqu'à avoir sa propre limite dans la complexité.

Charles Antoine a dit…

Ben merde alors, moi qui cherchais une motivation supplémentaire pour acheter le jeu, c'est loupé !
En tout cas merci pour l'analyse, je vais m'orienter pour le moment sur autre chose

Anonyme a dit…

juger un jeu au bout de deux tours, n'est ce pas un peu prématuré ? Surtout quand vous reconnaissez de facto ne pas maitriser le système...
Un avis qui parait bien définitif pour ce qui n'est finalement qu'une rapide ouverture de boite.

aTomm a dit…

Pour le dernier commentaire: c'est tout à fait ce que c'est: un avis. Le mien. Et circonstancié. Quand on aime pas la mousse au chocolat il n'y a pas besoin d'en connaitre la recette et de la finir pour savoir qu'on n'aime pas :)
Mais au moins, j'ai goûté. Et j'ai dis beurk. C'est mon opinion. Chacun se fera la sienne en y jouant.
Ceci dit une "rapide ouverture de boîte" de 4 heures faudrait peut-être voir à pondérer :)

Bob l'Eponge a dit…

Pas très pertinent la nourriture, comme exemple. Il faut mangé plusieurs fois des huîtres pour les apprécier et il faut être initier au vin pour l'aimer.
Comme disait l'autre "c'est un peu court jeune homme" : 2 tours d'une partie pour juger d'un jeu c'est sommaire et effectivement bien définitif. En tout cas, un jugement me semble demander un peu plus d'effort que cela...

aTomm a dit…

Ahaha la sacro-sainte ligue des bien penseurs est de retour (que j'ai déjà connus dans une autre vie).
Plutôt que de juger ma pensée et mon ressenti, j'attends les vôtres d'opinion constructives. Faites-moi changer d'avis! Et vous, vous aimez quoi dans ce jeu? Hein?
PS: pas de bol, je déteste les huitres et ça pas peine d'avoir essayer... je n'ai pas le monopole du mauvais exemple culinaire :)

Anonyme a dit…

aTomm n'a jamais prétendu faire oeuvre de critique sur un site qui se prétendrait comme un site de critique ludique; c'est son blog, il joue à un jeu et donne son avis point barre.

Captain Blackadder

aTomm a dit…

Merci Captain Blackadder
Tout à fait l'essence de ma modeste action ici.

Anonyme a dit…

l'avantage, c'est que maintenant tu peux passer a un autre jeux de ton etagere ...
Mike de Rennes

Santino a dit…

Merci de ton avis !

Capitaine Blackadder me coupe l'herbe sous le pied.

Tu critiquerais un bouquin que tu n'a pas ouvert ou un film que tu n'es pas allé voir, je serai choqué. Il faut au moins avoir goûté soi-même pour pouvoir dire quelque chose. Là, vous avez essayé et ton aperception immédiate du jeu est négative, et c'est quelque chose qui vaut bien trois pages d'"arguments" lorsqu'il s'agit d'émettre un avis^^

Saint-Thomas a dit…

Bon alors, tu le vends ton jeu Arnaud ?

De toute façon il ne fera jamais un bon collector ... lui ... ;o)

PS : de quoi le jeu n'est pas à toi et tu le critiques ? C'est pas bien
:o)

Youppie a dit…

Un autre avis permettrait d’y voir un peu plus clair ?
Après une 10aine de partie de Labyrinth, voici mon avis :
Adepte des card driven (Paths of glory, Triumph of chaos, TS, Barbarossa to Berlin….), mon avis est plus que positif avec Labyrinth. Certes les mécanismes sont nombreux et difficiles à comprendre lors des 2-3 premières parties (disons que l’on subit ces mécanismes sans savoir vraiment à quoi ils servent…), mais après un peu d’expérience, tout s’éclaire. Ils permettent de simuler assez concrètement les relations internationales et l’image des USA dans leurs « croisade » contre le terrorisme. Et ces 2 critères sont primordiaux si le joueur US veut pouvoir changer les gouverments arabes faibles et neutre en alliés puissant. Imaginez gagner en « attaquant bêtement » les régimes islamiques sans concertation et sans appui de l’Europe est a coup sûr s’enferrer dans des guerres qui risquent d’être longues et couteuses…ce qui fait le jeu des islamistes. Ce dernier, au contraire, devra user d’événements en sa faveur pour allumer des guérillas un peu partout, que le joueur US aura bien du mal a éteindre. Les attentas terroristes peuvent être un bon moyen de casser la dynamique US et de redonner de ressources humaines pour les djihadistes. Et des djihads bien organisés permettront de déstabiliser des régimes et pourquoi pas imposer un régime islamiste. Sur font de guerre civile, d’intervention militaire US, d’attentats, d’évenements compromettant, de relation internationale tendue…Labyrinth réussit son pari: nous plonger dans la politique US au Moyen-orient.
Pour le négatif, il semble que le rôle jihadiste soit, au final, moins intéressant (attentat, djihad, recrutement…on tourne un peu en rond) et il est probable qu’on se lassera plus vite de ce rôle. D’ailleurs, le jeu en solitaire vous propose seulement de jouer les USA. Par un système un peu compliqué mais assez malin, vous pouvez prendre un réel plaisir à combattre le terrorisme. On pourra ajouter que la chance à un poid (trop ?) important (tirage de carte, dés) et peuvent faire réellement basculer des parties serrées. Enfin, les conditions de victoire sont, à mon avis, à améliorer.
Bref, malgré quelques défauts, Labyrinth est un jeu intéressant et vous demande sang-froid, pragmatisme et prise de décisions difficiles (ce que l’on aime dans les CDS). Le jeu en solitaire est particulièrement réussit. Malgré une note inférieure à Paths of Glory, on oubliera assez vite la première impression négative (thème bancale, mécanismes très nombreux) etprendre à chaque fois un réel plaisir à déclarer la guerre au terrorisme.