lundi 13 juin 2011

Spartacus Imperator: Rome a la parole


Afin de multiplier les points de vue suite à notre partie, je laisse la parole à Ludo qui nous livre ici ses impressions de Romain avisé!
Arnaud
La carte (pour Spartacus) est très agréable (personnellement je suis de ceux qui apprécient le style marbré, normal car j'aime aussi le gâteau du même nom ...), un seul petit bémol c'est le peu de distance, en nombre de provinces, entre le mont Vésuve et Massilia, qui est l'une des conditions de victoire pour Spartacus.

D'ailleurs on pourrait dire : LA condition de victoire à viser par le joueur rebelle dès le début (à condition que le joueur romain joue la prudence et l'économie des forces, ce que j'ai fait dès le début et ce qui a permis à l'armée commandée par Spartacus d'atteindre sans trop de problème le nombre d'unités requis pour atteindre Marseille).

Pour le joueur romain, dès le début à mon avis il faut taper comme un sourd sur l'armée du leader servile et ne pas se contenter de ses lieutenants (Crixos, Oenamos,...). d'autant que l'attitude prudente confine le joueur romain à rester dans Rome la première année en laissant s'écouler les saisons sans rien faire (ce qui nuit un peu à l'intérêt du jeu).

Sur la partie en elle même :

Partie très agréable avec pas mal de rebondissements et des chances de l'emporter qui passent d'un camp à l'autre parfois suite à une seule bataille (ce qui rend le jeu très excitant).

Le module tactique est à mon avis une réussite et apporte une réelle épaisseur au jeu (la chance aux dés est aussi un point crucial, mais c'est le cas dans tout jeu), ça m'a donné envie de me plonger dans les guerres daciques qui utilise le système d'origine (malheureusement, la laideur de la carte ..., mais bon peut être un jour en verrons nous une autre ? )

Le choix de la carte tactique est déterminant car il donne un jackpot énorme au vainqueur : rien de moins que la destruction totale de l'armée adverse !
Il faut donc choisir sa carte avec beaucoup de doigté.

J'aime bien l'idée de pouvoir relancer le dé ou de faire relancer le dé à l'adversaire avec des dés bonus

Voilà, en conclusion, même si je n'ai fait à ce jour qu'une seule partie, j'ai trouvé le jeu très plaisant, fluide et relativement rapide à jouer une fois les principaux mécanismes acquis.

Quelques photos (mais pas trop, faute de batterie...):

Voici la carte, sobre et élégante, et ... et la tenture rouge. Très important la tenture rouge

  
Le sieur Glaber décide d'aller chasser de l'esclave dans les montagnes
Craignant un malentenud (aujourd'hui on se méfie du petit personnel) notre Glaber préféré décide de revoir son latium adoré. Certaines mauvaises langues auraient parlé de retraite, nous préférerons le terme de repli stratégico-tactique.
Là je ne sais plus. Pourquoi Glaber décide t il subitement de retourner dans la montagne ? Mystère ...
 
 Première perte servile!



Ludo


5 commentaires:

Patrick a dit…

je crois que vous avez commis une erreur ou deux, Glaber ne peut pas croiser d'autres chefs que Spartacus car il disparait avant leur venue (été, il est limogé et Crixus et Oenomanos ne peuvent pas arriver avant l'été)
les premiers renforts romains arrivent aussi en été
donc pas possible une année à rien faire ?

aTomm a dit…

Non c'est plutôt une erreur de terme choisi: il faut lire "saison" plutôt que "année". Je ne pense pas que nous ayons de faute de règles ;)

Et puis n'oublions pas que c'est un Romain qui parle, il faut l'excuser :):):)

Le Ludo a dit…

Qwwwa ! On m'aurait menti ?
Je comprends mieux maintenant pourquoi les armées rebelles grossissaient à vue d'oeil !

Patrick a dit…

à mon humble avis, vous avez fait venir C et O dès que Spartacus a eu 5 unités sans regarder la date, du coup ils sont apparus avec leurs PA et ont pu recruter tranquillos

ce passage a été très très long à régler en test, pour ça que je l'ai repéré héhéhé

aTomm a dit…

Euh non... regardez la deuxième photo de mon CR, C et O n'arrivent qu'à l'été -73...