mardi 12 septembre 2017

Iron Curtain: la partie


Ok retour à Iron Curtain donc. Passée la douche froide du matériel il fallait quand même bien voir ce que le jeu avait dans le ventre! 

Alors comment ça se joue? Le jeu comporte 18 cartes représentant des pays de 6 continents: Europe (5 cartes + 1 carte de démarrage), Moyen-Orient (2 cartes), Afrique (4 cartes), Asie (3 cartes), Amérique du Sud (2 cartes) et Amérique Centrale (2 cartes). Comme d'habitude chaque carte est affiliée à l'un des camps et comporte un évènement pour ce camp et un nombre de cubes à placer.

Au premier round chaque joueur reçoit 5 cartes. Il en jouera 4 pour les actions et en mettra une de côté pour marquer des points en fin de partie. Au deuxième round chaque joueur reçoit 4 cartes et les jouera toutes. A son tour un joueur doit poser une carte à côté d'un pays du même continent s'il y en a déjà une de jouée (sinon où il veut). S'il joue une carte avec un évènement de l'adversaire celui-ci peut l'appliquer et il choisit ensuite entre appliquer son évènement s'il est à lui, soit poser des cubes. Pour poser des cubes sur un pays un joueur doit déjà en avoir sur un pays adjacent, sauf si l'évènement permet d'Infiltrer ce qui permet de faire comme la carte l'explique. 

Le jeu se rapproche encore plus de Twilight Struggle que les deux premiers opus (13 Days et 13 Minutes) grâce à deux mécaniques:
- Lorsqu'un joueur pose le dernier pays d'un continent les joueurs scorent obligatoirement ce continent: 1 point par pays dominé (où un joueur a plus de cubes que l'adversaire) plus le bonus indiqué sur les cartes du continent (+3 pour l'Europe, +1 pour l'Afrique, etc.) pour le joueur dominant le plus de pays dans ce continent. On retrouve donc là un dérivé du système de scoring de TS.
- Lorsqu'un joueur a 2 cubes de plus que son adversaire ce dernier ne pourra poser un cube qu'en en dépensant 2: le contrôle du pays.

Une fois toutes les cartes jouées, et si aucun joueur n'a atteint son drapeau sur la carte de scoring (soit avoir 8 points d'avance), les joueurs:
- révèlent les deux cartes mises de côté au premier round, font la différence des cubes  sur ces cartes et la joueur en positif marque ces points.
- scorent l'ensemble de tous les continents dans un ordre défini: Europe, Moyen-Orient, Asie, Afrique, Amérique du Sud, Amérique Centrale.

Voilà pour les règles. Plutôt sympathique sur le principe.

Et ça donne quoi?

Et bien un sentiment très mitigé. Le système par lui-même est plutôt bien pensé mais souffre je trouve de son format: trop court, trop peu d'options et finalement le moins fun et le moins prenant et cérébral de la série. Les choix semblent beaucoup moins importants et moins impliquant que dans 13 minutes par exemple. On aurait aimé pouvoir prendre le temps de déployer des stratégies sur le plus long terme, sentir des choix plus cruciaux à faire. Pour résumer je trouve que le jeu manque d'ampleur. Pas qu'il soit mauvais en soit quand on y pense mais je n'ai pas trouver l'intérêt et l'implication immédiate des joueurs comme dans les deux premiers jeux. Peut-être celui-ci aurait mieux fonctionner s'il était arriver plus tôt. Réflexion qui me laisse penser que le jeu recycle un peu trop facilement des principes déjà connus et entraine ainsi un début de lassitude. Ce ne sera pas forcément le même ressenti pour tous les joueurs mais personnellement je n'ai pas réussi à m'impliquer dans le jeu (pourtant court).


Notre fin de partie: le rendu est sympa mais l'action pendant la partie fut un peu molle...
Les 2 cartes d'Aftermath donnant 1 point aux Soviétiques. Pas suffisant dès le scoring de l'Europe qui rapporte 6 points aux Américains!
Voilà donc un résultat franchement fade pour un jeu dont j'attendais pas mal (peut-être trop). 
J'attends avec impatience les retours des joueurs pour voir si c'est mon enthousiasme qui est déçu ou si le jeu est vraiment moyen.

Arnaud

4 commentaires:

Zapata a dit…

Manifestement bof bof, donc.
Dans le genre warteau, tu as déjà essayé The Fog of war? Le truc le plus original joué cette année, avec un principe génial de programmation des attaques et tentatives de détection. Très tendu, une erreur ne pardonne pas, ce qui handicape un joueur inexpérimenté...

Arnaud Moyon a dit…

@Zapata: je l'avais regardé à sa sortie mais je n'avais pas été convaincu. Maintenant si le jeu est si bon que ça pourquoi ne pas y jeter un oeil? Il va surtout falloir trouver quelqu'un qui a le jeu :)

fred a dit…

J'ai essayé 13 mn Cuba et si le jeu est intéressant, on oublie complètement le chrome historique pour se concentre sur le seul jeu dans toute son abstraction ludique.

Arnaud Moyon a dit…

C'est certain que la mécanique est bien supérieure au thème. On est vraiment dans du jeu avec un thème historique. Guère plus.