dimanche 30 septembre 2012

GBoH: CR de la bataille de Leuctres


Après le compte rendu de ma partie en solo de la bataille de Marathon voilà un mois, j'y retourne avec celle de Leuctres. Nous revoilà donc en Grèce quelques 120 ans plus tard, en -371 pour êtres précis. Pour une question d'hégémonie, Thèbes souhaite créer une ligue en Béotie ce qui déplait fortement à Sparte qui envoie une armée pour remettre les Thébains dans leur droit chemin. C'était sans compter sur un homme, Epaminondas, stratège thébain, qui préféra rompre avec la tradition hoplitique et renforcer sans aile gauche, là où les Spartiates seront traditionnellement les plus forts, afin de remporter un combat décisif sur cette aile, tout en refusant au mieux le combat avec le reste de son armée. Voilà donc en image!

Vu d'en haut, les forces paraissent fortement déséquilibrées!
La fameuse Phalange d'Epaminondas vue du côté spartiate! 50 guerriers en profondeur contre 12 traditionnellement... ça va faire mal!
Evidemment à choisir, on préfère être de ce côté-ci!

Première chose à faire: dégager l'écran de cavalerie spartiate à l'aide de la cavalerie thébaine et au Bataillon Sacrée de Pelopidas
Voilà qui est fait. Non sans douleur mais le principal c'est le résultat!
Le terrain est dégagé sur l'aile gauche, même les peltastes spartiates ont pris la fuite. Pour le reste de l'armée, la disposition thébaine en échelon de ces derniers leur permet de ne pas souffrir trop vite.
Et là c'est la furie la plus totale, une première phalange lacédémonienne part en déroute et la phalange d'Epaminondas manœuvre comme elle peut pour se porter au contact de celle de Cleombrotos, déjà mal en point.
Résultat sans appel: les Spartiates se font massacrés, subissant prises de flanc, d'arrière et les élites thébaines de face!
Le pauvre Cleombrotos mourra sur le champ de bataille, tel le bon guerrier spartiate.
Fin de la bataille: deux phalanges et un chef en fuite suffisent à mettre en déroute toute l'armée spartiate.

Voilà donc, un scénario court, sans surprise possible, à faire une fois au moins pour le plaisir de jouer la fabuleuse phalange d'Epaminondas que GMT a eu la bonté de faire, pour seulement deux petites batailles! Historiquement parlant, ce scénario est un bon moment de jeu en solitaire.

Arnaud







2 commentaires:

Bir-Hacheim a dit…

Et si tu avais essayer, avec les Spartiates, de reculer et de pivoter. Que font les deux unités laissées en arrière sur la gauche de l'aile des alliés de Sparte ?

Arnaud Moyon a dit…

En fait pour cela il faudrait que les Spartiates gagnent l’initiative... et Epaminondas, en plus d'avoir des caractéristiques dignes d'Alexandre le Grand, bénéficie de l'initiative d'élite qui lui permet de s'activer avant tout le monde. Enfin bref rien n'est fait pour aider les Spartiates. Pas simple de manœuvrer du coup :/