dimanche 26 août 2012

CR Marathon - GBoH


Moi, les Jeux Olympiques ça m'a donné envie de faire du marathon... enfin plutôt rejouer la bataille de Marathon! Alors ni une ni deux, je sors ma boite de Great Battles of Alexander et les pions du C3i n°1 dont est issu le scénario de la bataille et en avant! Je choisis le premier déploiement, celui de Mark Herman, pour une petite partie en solo.

Les troupes face à face

Pour jouer Marathon nous prenons la carte de la bataille d'Issos, le nord devenant le sud et vice versa. Du coup là sur la carte, les troupes athéniennes arrivent de l'ouest (de la gauche donc) afin de rencontrer les troupes perses à peine débarquées. Des modifications importantes interviennent en termes de jeu: le fleuve devient un ruisseau, sans aucune incidence sur les troupes et il ne reste qu'une seule déclinaison de terrain d'importance, au milieu de la photo (les niveaux 1 et 2 sont niveaux 1 et les niveaux 3 et 4 niveaux 2... si vous arrivez à me suivre!).

Miltiade et ses Athéniens après une bonne balade de santé jusqu'au champ de bataille!
Les Grecs choisissent une avancée lente qui leur permettent au mieux garder leur cohésion. En contrepartie les Perses réussissent à contourner en partie leur aile gauche.
Les Athéniens sont supposés avoir couru plus d'un kilomètre pour venir au contact des Perses. Mark Herman tempère cette croyance peu réaliste mais permet aux unités grecques une course du double de leur capacité de déplacement normale au prix d'une perte de cohésion. Ce que mes Athéniens font au dernier moment pour arriver au contact.

Contact!
Après deux activations supplémentaires, les lignes explosent, mais non sans perte pour les Grecs.
A la fin du premier tour de combats, les pertes sont finalement assez équilibrées.
Une fois les hostilités lancées, Miltiade utilisera systématiquement sa capacité de chef d'élite pour prendre l'initiative.
La déroute n'est pas complète mais le pauvre Datis commence à se sentir bien seul.
C'est la fin pour la "pauvre" armée perse qui n'a pas pu faire grand chose pour sauver sa peau.
Résultat final: les Perses auront tout de même réussi à dérouter deux unités d'hoplites.


Bon alors c'est clair que ce n'est pas le scénario de l'année: fort déséquilibré, peu d'options car peu d'activations (un seul chef par camp) mais encore une fois avec GBoH, la partie est une belle illustration des faits historiques. Cette partie me sert aussi à essayer de maitriser le système GBoH, non plus en SimpleGBoH comme j'en suis coutumier, mais bien en version originale et complète. Cela faisait un moment que je voulais m'y mettre et je pense que cela commence à être un peu fluide. J'espère avoir fait peu de fautes!

Je pensais pouvoir enchainer avec la version de la bataille par Richard Berg, malheureusement il me manque de nombreux pions de modules que je ne possède pas. Plus tard peut-être...

 Arnaud


3 commentaires:

Bir-Hacheim a dit…

Well ! Il fut un temps,j'ai fait, en solo, toutes les batailles de GBoA à la Guerre Civile, une par une et dans l'ordre. A la Guerre Civile, j'ai eu l'overdose mais que de grands moments ! ;-)

Arnaud Moyon a dit…

Outch! Ca fait un paquet de parties ça!
Je vais essayer d'en faire autant... mais sans m'en dégouter :)

Anonyme a dit…

A noter l'excellent numéro spécial de la revue Ancient Warfare sur Marathon.
Il vaut le détour !!!

Un nouveau scenario en perspective ;-))

Fred